AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

  
 chain of sins (leo)
Leonard Rosen
Les trois soldats
avatar
Points : 219
MESSAGES : 26
ARRIVÉE : 25/01/2017
PSEUDO : fern
AVATAR : baptiste radufe.
CRÉDITS : aeroplane

 Sujet : chain of sins (leo)   /  Jeu 26 Jan - 0:05
leonard rosen

his wings are cut
and than he is blamed for
no knowing how to fly
PRÉNOM NOM / léonard rosen ; un hommage étrange à un poète et chanteur canadien qui a bercé son enfance. unique vestige d'un passé heureux qui, il lui semble, n'apparaît que dans ses rêves.  
ÂGE / vingt quatre années ; sans son passage derrière les barreaux, il lui aurait fallu quelques secondes, le temps de faire le calcul.
ORIGINES / américaines; un simple chien du peuple, sans reliefs ni textures, représentant la défaite grandiose du peuple caucasien face aux immigrants.  
PROFESSION / squatteur, ancien voleur de pacotilles, vestige d'un toxicomane dont le coeur porte encore les marques. ancien taulard. mais l'esprit s'éveille et depuis quelques jours, il rend visite au prêtre, aide à l'entretien de l'église. mule pour les trois soldats ; vestige d'une tentative de meurtre à son égard, il a du promettre pour ne pas y perdre la vie.
STATUT CIVIL / seul ; il a du mal à comprendre les gens.  
SITUATION FINANCIÈRE / presque cassé ; faut se dire, il se permet encore de voler lorsqu'il a besoin de quelque chose. certaines fois, pourtant, il pose quelques sous sur le comptoir.  le fond de sa poche, pour se faire pardonner. le coeur commence à porter certains remords.
GROUPE / the criminals.
AVATAR / baptiste radufe
CRÉDITS / babine

fern, 23 ans. les frères barbus ont eu raison de moi, help.
CHRONOLOGIECARACTÈRE
4 JANVIER 1993 — le bambin s'extirpe des entrailles de la mère, au coeur de delray. elle refuse de le prendre dans ses bras, détourne le regard. assis prêt de la fenêtre, le père fume une cigarette et rumine des pensées sombres. une bouche de plus à nourrir ; l'enfer qui ouvre ses portes.
1996 — naissance d'un second bambin, prématuré. chiard morvant et geignant, hanté par les coliques. la mère essaie de larmoyer avec plus de puissance, et le père boit les larmes alcoolisées, les mauvais jours.
DÉBUT 2000 — accident de voiture. décès des parents rosen. les gosses sont envoyés dans un orphelinat chrétien. leonard se rapproche du seigneur et prie pour rester en compagnie de sa soeur.
2001 À 2005 —  adoption des deux marmots par un couple aisé.  
2005 — retour à l'orphelinat, sans la soeur ; il pose trop problème. leonard y reste pendant quelques mois, avant de fuguer, sans jamais revenir.
2006 À 2010 — seul dans les rues. il vit de ses vols et de quelques petits contrats qu'il se exécute pour certaines personnes dont il ne connait rien.
4 JANVIER 2010 — rencontre avec monsieur eastwood, le jour de son anniversaire. l'homme lui propose un toit ; leonard décide de le suivre aveuglément.
2010 À 2014 — leonard est au service de monsieur eastwood, qui lui offre logis, nourriture, vêtements et drogues, en échange de quelques services criminels.
FIN 2012 — rencontre avec un prêtre, lors d'un braquage dans une supérette qui tourne mal. l'homme soigne ses blessures, tout en sachant ce qu'il a fait. à partir de ce jour, le prêtre reste dans les parages, cherchant à se lier au jeune adulte. si leonard riposte au départ, il s'ouvre au fil des semaines, mois.
AVRIL 2014 — arrestation de monsieur eastwood ainsi que des quelques drogués se trouvant sur les lieux, dont leonard. le prêtre en est le responsable. il vient rendre visite à leonard en prison ; une rage le prend par les trippes, les larmes coulent et des paroles haineuses sont hurlés. l'homme ne revient plus, par la suite.
JUIN 2014 — tentative de meurtre dans les douches ; il y échappe de peu. quelques jours plus tard, en sortant de l'infirmerie, leonard apprend que eastwood, lui, n'y a pas échappé. punition des trois soldats, pour avoir osé créer un réseau ridicule au sein de leur organisation.
SEPTEMBRE 2016 — sorti de prison ; oswald vient le chercher.
24 DÉCEMBRE 2016 — leonard va à la messe de minuit ; il revoit le prêtre pour la première fois depuis leur altercation.
Le corps porte les cicatrices du temps passé; certains sont d'encre et d'autres, de chair. Il porte le fardeau de ses propres maux sur sa peau, incapable de les effacer. Leonard a tenté, pourtant ; une lame chauffée au briquet, puis appuyée contre la chair de son torse, pour dévisager les traits d'une vierge marie au sourire apaisant. Car il a perdu ; il a perdu la foi trop souvent, déjà, et le coeur ne porte qu'une colère qu'il hurle à plein poumon, au travers de ses gestes brisés et de ses paroles grognées. Martyr de sa propre vie, les plaies sont fermées, mais les blessures restent sanglantes, à l'intérieur de son être; elles habitent un sang bouillant qui jamais, ne cesse d'agiter le jeune homme. Les paroles sont venins, au travers de ses lèvres ; il parle sans cracher mais l'on se sent sali, à l'entendre dialoguer ; les mots portent une violence presque insouciante, une rancune profonde qu'il ne peut réellement mépriser. Et pourtant ; pourtant, il suffit d'une lueur. Une lueur faible au travers des abysses, pour capturer l'attention de l'égaré, pour avoir son dévouement infini. Car il croit, fort, et s'attache, trop, à l'espoir. Le rêve d'un monde meilleur reste silencieux, habite sa carcasse entière. Leonard cherche un repos qu'il ne comprend pas lui-même, cherche une paix intérieur comme on lui a promis, trop souvent. Il suit les paroles aisément, crédule face aux promesses des plus puissants ; il courbe l'échine, couteau à la main, et devient bête des plus aiguisés, lorsque les mots lui apportent émerveillement. Chien de garde, chien fou ; il aboie les cris des autres sans hésiter, emporté dans un tourbillon d'illusions, souvent. Jamais il n'apprend ; du moins, pas totalement. Il essaie, pourtant ; il essaie un peu, surement. Innocent enfant au coeur assombri, il piétine la crasse du monde comme le sable d'un terrain de jeu.

QUESTIONS

01 / Avez-vous déjà commis un crime ?
Oui, plusieurs. En vérité, ma vie est plus envahie par le crime que les actes... comment on dit, déjà. charitables ? J'ai volé - je vole encore -, j'ai poignardé un gars, une fois, pour une dose de came. J'ai tenu un gun contre la tempe d'un autre déchet sans savoir comment retirer l'foutu cran de sûreté, dans l'pire passage d'ma vie. J'ai fait la mule, aussi, pour un dealer. Surement l'boulot l'plus propre que j'ai eu, jusqu'à aujourd'hui. Et j'ai été en taule, pour ça.

02 / Avez-vous déjà été témoin ou victime d'un crime ?
J'porte pas mal de cicatrices, dont l'une qui vient d'un enfoiré qui a enfoncé son couteau à beurre dans mes côtes y'a quelques mois. Il a loupé les organes, selon l'doc, le reste j'sais pas trop. J'ai failli crever et c'est pas arrivé, c'est tout ce que j'sais. Ma vie tourne autour du crime ; c'est comme ça qu'ils dit disait le psy, derrière les barreaux. Il disait une victime de la société moderne et de ses horreurs, ce con.

03 / Pensez-vous qu'à Détroit la justice est correctement appliquée ?
La justice, c'est dans les films. C'est une connerie ; parce que les gens, ils s'aiment eux, plus que les autres. Les gens, ils schlinguent l'injustice à plein nez. Faut pas leur demander de s'occuper d'un autre, ou de lui tendre la main. C'est des conneries, tout ça. Une meuf pourrait se faire violer dans une ruelle que les passants se contenteraient d’accélérer le pas. Certains s'arrêtaient, p'être. Vous savez lesquels ? Les curieux. Ceux qui filment avec leur cellulaire à la con, pour faire le buzz, en écrivant un message touchant. Mais au final ? Ils foutent rien. Alors non, faut pas parler de justice. Les gens sont pas foutus de l'être, justes. Et cette ville, avec ces merdes et son classement au top du palmarès de la criminalité, elle le prouve bien. Un reflet immonde d'la réalité.  

04 / Pourriez-vous tuer par vengeance ? Par intérêt ?
On va pas mentir ; oui. J'ai voulu tuer pour des conneries, et souvent. J'aime croire que j'suis plus trop l'même con qu'avant, qu'j'ai un peu changé avec les dernières merdes qui se sont passées, mais c'est pas tellement la vérité. On reste tous la même personne, au fond. Qu'importe l'masque qu'on affiche dans la rue ou dans l'miroir, la pourriture s'efface pas aussi rapidement que ça, surtout quand elle est incrustée dans le moindre recoin. Alors ouais ; j'pourrais tuer. J'pourrais tuer pour un tas de raisons, j'ai jamais été le genre de merde à penser totalement, avant d'agir. J'dirais qu'c'est de la passion, mais c'plutôt de la sauvagerie, pour d'autres.



Dernière édition par Leonard Rosen le Ven 27 Jan - 23:40, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Rosen
Les trois soldats
avatar
Points : 219
MESSAGES : 26
ARRIVÉE : 25/01/2017
PSEUDO : fern
AVATAR : baptiste radufe.
CRÉDITS : aeroplane

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Jeu 26 Jan - 0:06
There is a crack in everything
Le brouhaha ; il est là, pendant un moment. Partout autour de lui, tellement oppressant qu'il, le temps d'une angoisse éphémère, lui rappelle la cafétéria de la prison. Les iris sont grandes ouvertes  ; le jeune homme dévisage un point sombre face à lui, orné d'une larme de blanc. Le regard reste accroché à ce point de repère, suit les mouvements du prêtre. L'église est bondée ; la plupart de ses occupants dépassent un certain âge et peinent à traverser les allées de bancs, pour se poser quelque part. À les voir ainsi marcher, Leonard devine qu'ils possèdent tous une place précise, et ce surement depuis des années. Une monotonie sociétaire qui leur massacre le cerveau à coup de douces paroles et de promesses célestes louangées depuis plus nombreux siècles, déjà. Les sourcils se froncent ; la révolte plane, dans ses veines.
Leonard ne bouge pas, pourtant.
Le corps du garçon reste sans mouvements et les prunelles restent figées sur l'homme, encore. Sa vue est flouée par un manque de netteté qu'elle a toujours eu, au loin. Alors le nez se plisse, assez pour lui donner un semblant de clairté ainsi qu'un début de migraine. Les traits de l'homme lui semblent un peu plus précis, mais ils restent encore vagues.
Il parvient pourtant à le reconnaître, le prêtre.
Il le reconnait sans aucune hésitation, peut-être plus par pressentiment que par sa vision peu aiguisée.
Autour, les voix diminuent lentement. Les accolades cessent mais les sourires restent, sur les lèvres. Leonard en capture un, du coin de l'oeil, avant de détourner les yeux. Un sentiment l'effleure un bref instant, avant de disparaître ; il n'y prête pas réellement attention, certainement par habitude. Le corps ressent la nostalgie de sentiments que lui-même a oublié depuis un temps, déjà.
Sourire crispé sur ses lèvres, pourtant. La foule se lève, cahier chansonnier dans les mains, et commence à aboyer les paroles chrétiennes dans un choeur presque parfait. La magie de Nöel se creuse au chemin au sein de la messe nocturne. L'ex-taulard serre les dents, un inconfort lui broie les entrailles. Ses doigts tremblent tandis qu'il cherche une cigarette au fond de ses jeans. Il ne trouve que la carcasse humide d'une clope à demie brulée déjà, mais l'enfonce quand même entre ses lèvres, sans l'allumer. Le geste calme son agitation, attire quelques regards offusqués qu'il ignore. Il se contente de ramener ses jambes sous lui, croisées, sortant un carnet d'un sac usé, pour gribouiller quelques saletés qui rongent son esprit.
Mais cesse.
Cesse les élans d'encre, lorsque la voix s'élève, dans l'enceinte chrétienne. Le corps se fige, sans qu'il ne puisse parfaitement le contrôler. Les doigts se crispent, contre le stylo qu'ils tiennent. La machoire se braque, comme le corps entier, et Leonard lève un regard hostile vers le prêtre, là, devant la foule.
Il aimerait prendre ses choses et traverser l'allée entière pour l'aggriper par le collet, envoyer sa croix contre le sol et l'écraser de ses bottes. Il aimerait lui arracher la gorge, pour faire taire sa voix, car elle alimente un vide profond et plein, pourtant, en lui.
Leonard le dévisage, simplement, sans rien faire. La bile du stylo reste posée contre les feuilles, bave un peu, avant que les doigts ne s'agitent, lentement. Les jointures blanchissent, par la pression qu'il exerce, contre l'objet. Et les pages, toutes, se noircissent, au fil du temps qui s'écoule. L'oeil vagabonde entre le visage lointain et le papier usé, et il ne cesse de dessiner, qu'importe si les vieillards se lèvent et enfilent leur manteau, tous, quittant lentement l'Église.
C'est un pas qui capte son oeil, d'ailleurs. Un bruit écho qui, dans le silence étranger de l'enceinte sacrée, éreinte son corps en entier. La robe du padre se froisse, au fil de ses mouvements, sonorité qu'il avait oublié avec les années, mais qui reste pourtant marqué à sa mémoire.
- Leonard... je ne pensais pas te voir ici.
Il lève les yeux, complètement. La grimace orne ses traits et des rides se glissent sur son front, tant il fronce des sourcils. La bête haineuse dévisage l'être sacré avec une rage certaine, incapable du moindre mouvement, qu'importe si le corps hurle aux coups.
Un couteau, au fond de sa poche ; la lame est aiguisée, suffisamment pour blesser en profondeur, avec assez de puissance. Il sait où viser, quand faire pivoter son poignard, pour charcuter l'intérieur d'une carcasse. Leonard ne le touche pas, pourtant ; n'y pense même pas. Il dévisage simplement le fléau de son bonheur passé.
Ou le bonheur de son fléau passé.
Il ne sait pas réellement, encore ; l'esprit a beau y avoir cogiter pendant des heures infinies, il ne parvient pas à trouver la réponse. Que des colères, des élans d'émotions incontrôlées et indécises, ceux-là même qui l'ont accompagné toute sa vie.
Soupir ; le stylo quitte ses doigts, pour s'enfoncer dans le sac déglingé. Leonard détourne le regard, la main enfouie dans sa poche de veston en jeans, et sort un briquet. La cigarette défraichie galère à prendre flamme, mais y parvient.
- C'était pas mal, comme charabia à deux balles, le passage que vous avez lu. La lettre d'Isaie, c'est ça ? La fumée s'échappe de ses lèvres, la puérilité tout autant.
Le prêtre ne dit rien ; une part de lui se rappelle de l'insolence du gamin, peut-être. L'oeil s'attarde peut-être trop sur ses traits, mais le plus jeune ne semble pas réellement en sentir d'inconfort.
- Effectivement ; qu'il se résigne à dire, le porteur de paroles sacrées, avant de se glisser à ses côtés. Il ne pense pas ; ne pense pas que l'autre peut être armé, ou cherche à l'atteindre. Une confiance aveugle, presque innocente. Puis-je ?
Mais il tend déjà les doigts, l'homme de dieu, pour capturer la cigarette.
Le corps de Leonard se tend, un instant ; sa main glisse vers sa poche, réflexe, avant qu'il ne soupire. Saleté d'prêtre. Un regard colère, un sourire en coin aux lèvres du prêtre. Il porte la mort à ses lippes, ferme les yeux et aspire, perd une part de sa pureté.
Leonard le toise, un truc étrange, dans l'oeil. Et dans les tripes, peut-être.
- C'est pas pécher, ça ?
Le prêtre ricane, tout bas.
- Oui, peut-être bien.


Dernière édition par Leonard Rosen le Ven 27 Jan - 22:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cel Delaney
Les trois soldats
avatar




Voir le profil de l'utilisateur http://therighteous.forumactif.org/t91-marche-a-l-ombre-cel
Points : 326
MESSAGES : 52
ARRIVÉE : 23/01/2017
PSEUDO : Odistole.
AVATAR : Andrew Lincoln.
CRÉDITS : Alas, Alaska.

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Jeu 26 Jan - 1:39
Yo belle gueule
Contente que aies été faible
Bienvenue par ici, j'ai hâte de te lire
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Rosen
Les trois soldats
avatar
Points : 219
MESSAGES : 26
ARRIVÉE : 25/01/2017
PSEUDO : fern
AVATAR : baptiste radufe.
CRÉDITS : aeroplane

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Jeu 26 Jan - 1:56
c'est une faiblesse que j'assume entièrement, vu les merveilles qui sont possibles, dans les parages.
merci, belle gueule, et on se trouvera un perf de lien
Revenir en haut Aller en bas
Baruch Verheijen
ADMINISTRATRICE / les trois soldats
avatar




Voir le profil de l'utilisateur http://therighteous.forumactif.org/t56-we-are-all-someone-else-s
Points : 789
MESSAGES : 261
ARRIVÉE : 27/12/2016
PSEUDO : the road.
AVATAR : milla jovovich.
CRÉDITS : odistole.

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Jeu 26 Jan - 6:35
Quelle gueule. Ce début de fiche est alléchant, j'ai hâte d'en lire plus. Bienvenue et bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Asya Kovaleva
Les noces rouges
avatar




Voir le profil de l'utilisateur http://therighteous.forumactif.org/t96-asya-show-me-an-open-door
Points : 576
MESSAGES : 58
ARRIVÉE : 24/01/2017
AVATAR : Nicola peltz
CRÉDITS : yellowsubmarine

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Jeu 26 Jan - 17:09
Je connais pas ta bouille, mais j'aime ! Pis avec ce début de fiche, ce personnage promet, tout simplement
Bienvenue et bon courage pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
Leonard Rosen
Les trois soldats
avatar
Points : 219
MESSAGES : 26
ARRIVÉE : 25/01/2017
PSEUDO : fern
AVATAR : baptiste radufe.
CRÉDITS : aeroplane

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Ven 27 Jan - 0:52
merci vous deux, j'espère que le petit plaira encore à la toute fin
Revenir en haut Aller en bas
Felicity Rosebury
Citoyen anodin
avatar
Points : 160
MESSAGES : 32
ARRIVÉE : 23/01/2017
PSEUDO : Mannie
AVATAR : Zoe Saldana
CRÉDITS : Acydic

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Ven 27 Jan - 14:55
Bienvenue et bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Baruch Verheijen
ADMINISTRATRICE / les trois soldats
avatar




Voir le profil de l'utilisateur http://therighteous.forumactif.org/t56-we-are-all-someone-else-s
Points : 789
MESSAGES : 261
ARRIVÉE : 27/12/2016
PSEUDO : the road.
AVATAR : milla jovovich.
CRÉDITS : odistole.

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Sam 28 Jan - 8:40
TA VALIDATION
Bon sang, quelle plume. J'ai été happée par l'histoire, les mots employés et la tournure de tes phrases. Ta fiche est un régal et ce personnage, que dire ? Il est tellement original et surprenant dans sa façon d'être ; ton écriture le décrit si bien. Je te valide avec grand plaisir et j'ai hâte de lire tes RPs.  

Une fois ta validation achevée, veille à remplir entièrement ton profil, en particulier le champ dédié à l'URL qui mènera vers ta fiche de présentation. Une fois rempli, tu peux circuler librement sur le forum. N'oublie pas de voter sur les top-sites pour soutenir le forum.  

— PASSAGE OBLIGATOIRE
— Recenser ton avatar
— Recenser ton métier
— Réclamer tes points

— POUR ALLER PLUS LOIN
— Créer ta galerie
— Créer un scénario
— Créer ta fiche de liens
— Trouver un partenaire de RP
— Créer un lieu
— QG des Veilleurs

Revenir en haut Aller en bas
Leonard Rosen
Les trois soldats
avatar
Points : 219
MESSAGES : 26
ARRIVÉE : 25/01/2017
PSEUDO : fern
AVATAR : baptiste radufe.
CRÉDITS : aeroplane

 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  Sam 28 Jan - 16:28
oh merci, tes mots me font chaud au coeur j'espère que son évolution te plaira aussi, et on se trouvera un lien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
 Sujet : Re: chain of sins (leo)   /  
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attention à l'abus d'hormones
» Jachère fleurie sins fleurs
» Les ans à Marcel
» i'll tell you my sins (✰) malachi&sapphire
» tell me your sins and I can sharpen my knife

 ::  :: PAPIERS D'IDENTITÉS :: CITOYENS VALIDES
Sauter vers: